Le livre

La grande bifurcation

En finir avec le néolibéralisme

G. Duménil, D. Lévy

 Ce livre est un des deux premiers volumes de la collection, L’horizon des possibles, des éditions de La Découverte (15 €, ISBN : 9782707178152, janvier 2014).

Grande bifurcation1

Les économies et les sociétés des États-Unis et de l’Europe sont aujourd’hui au seuil d’une grande bifurcation. À droite, de nouvelles configurations sociales se dessinent sous nos yeux, prolongeant, en dépit de la crise, les voies néolibérales au bénéfice des plus favorisés. L’urgence est grande du basculement vers l’autre branche de l’alternative, à gauche cette fois. Tel est le constat de ce livre, nourri par une enquête sur la dynamique historique du capitalisme depuis un siècle.

Derrière l’évolution aujourd’hui bien documentée des inégalités entre revenus du capital et revenus du travail, et entre hauts et bas salaires, se cache une structure de classes non pas bipolaire mais tripolaire – comprenant capitalistes, cadres et classes populaires -, qui fut tout au long du siècle dernier le terrain de différentes coalitions politiques. L’alliance sociale et surtout politique entre capitalistes et cadres, typique du néolibéralisme, est le marqueur de la droite ; celle entre classes populaires et cadres, qui a caractérisé l’après-Seconde Guerre mondiale en Occident, fut celui de la gauche.

Dans ce livre documenté et engagé, issu de nombreuses années de recherches, Gérard Duménil et Dominique Lévy défendent dès lors une thèse simple reposant sur une idée centrale : la réouverture des voies du progrès social passe par la capacité politique d’ébranler les grands réseaux financiers de la propriété capitaliste et la connivence entre propriétaires et hauts gestionnaires. Telle est la condition pour enclencher un nouveau compromis à gauche entre classes populaires et cadres, et ouvrir les voies du dépassement graduel du capitalisme.

Table des matières

  Introduction. Les voies du changement social

I / Dynamiques historiques

1. Le capitalisme est-il la fin de l’histoire ?

  • Socialisation. Les institutions de la propriété capitaliste
  • Les interventions étatiques et paraétatiques
  • Les cadres comme classe sociale organisatrice du capitalisme
  • La structure de classe tripolaire du capitalisme organisé
  • La Finance capitaliste
  • Le capitalisme du XXe siècle comme capitalisme managérial : le cadrisme

2. Luttes et compromis dans la dynamique du changement social

  • Les trois ordres sociaux du capitalisme managérial : la première hégémonie financière, le compromis de l’après-guerre et le néolibéralisme
  • État et démocratie
  • Le destin de l’alliance révolutionnaire
  • Alliances à droite ou à gauche – et leaderships. Socialisme et néomanagérialisme
  • Rapports de production et ordres sociaux : une relation réciproque
  • La grande bifurcation

II / L’après-guerre et le néolibéralisme

3. Le compromis « à gauche »

  • Revenus et patrimoines : une société moins inégalitaire
  • Un secteur financier au service de la croissance
  • Dans l’entreprise : une gouvernance cadriste, une alliance salariale
  • Le gouvernement vecteur du compromis à gauche. Les États de grande taille et la protection sociale
  • Des économies nationales

4. Continuités et ruptures

  • Le compromis social sur la lancée du mouvement ouvrier
  • La brèche des relations internationales
  • La dissolution du compromis de l’après-guerre

5. Du « coup de 1979 » à la crise de 2008

  • Le « coup de 1979 » et la déréglementation des années 1980. La crise de la dette dans les périphéries et la crise financière au centre
  • La grande vague d’exportation du néolibéralisme et les crises des années 1990
  • La seconde moitié des années 1990 : l’apothéose néolibérale sous hégémonie des États-Unis
  • La mondialisation en expansion continue. La mondialisation du néolibéralisme en question
  • Financiarisation, déréglementation et mondialisation. Les déséquilibres croissants de l’économie des États-Unis
  • 2008 : le dénouement

6. L’Europe à l’épreuve du néolibéralisme

  • De Rome à Maastricht : un projet dissous dans la mondialisation néolibérale
  • Avant la crise et vers la crise. L’exemple de l’Espagne
  • Les voies allemande et française

III / Tensions aux sommets

7. La Finance anglo-saxonne : un modèle et un empire

  • Propriété et gestion dans les secteurs financier et non financier. Le cas du néolibéralisme anglo-saxon
  • Les transformations des réseaux de la gestion et de la propriété. Les enjeux de pouvoir
  • L’activisme actionnarial. Les fonds spéculatifs, bras armés du gouvernement d’entreprise néolibéral
  • Les réseaux de la propriété et du contrôle. L’hégémonie des États-Unis

8. Particularismes européens : industrialisme à l’allemande et financiarisation à la française

  • Singularités européennes et européanisation
    Hors des sentiers du néolibéralisme anglo-saxon : une hybridité néolibérale-néomanagériale
    France : les gouvernements bâtisseurs de châteaux de cartes financiers
    Allemagne et France : deux formes d’insertion distinctes dans la mondialisation néolibérale

9. L’arène internationale

  • L’érosion de l’hégémonie des vieux centres
  • Les désordres de l’accumulation du capital et les déséquilibres des échanges internationaux
  • La montée du protectionnisme
  • Des flux financiers volatils. Les périphéries en résistance

IV / Affrontements

  • 10. États-Unis – Europe : ambitions, convergences et divergences des droites
  • La prolongation des voies du néolibéralisme aux États-Unis
  • L’embellie états-unienne : une sortie partielle de récession
  • Les États-Unis peuvent-ils relever le défi de la mondialisation ?
  • Au centre de l’empire : faire beaucoup, sauf changer l’ordre social
  • Europe : une situation difficile et une issue déterminante pour l’avenir de l’unité du continent
  • Le consensus des droites en Europe : une sortie néomanagériale ?

11. Europe : réussir le compromis à gauche, le préserver et le dépasser

  • Les trois gauches face à la Finance
  • Définir son projet. Choisir sa société
  • Gradualisme ou révolution ? Une alliance interclasse
  • Hégémonie de classe et hégémonie internationale
  • Briser l’hégémonie financière et reconquérir l’autonomie de la gestion
  • Briser l’hégémonie anglo-saxonne et reconquérir l’autonomie des politiques dans la mondialisation
  • Gouverner en commun. Comment éviter que l’histoire se répète ?
  • Politique -fiction

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s