Mois: février 2014

C’est le moment de bifurquer

Ce commentaire a été originellement publié par Jean-Marie Harribey sur son blog hébergé par Alternatives économiques

Gérard Duménil et Dominique Lévy viennent de publier La grande bifurcation, En finir avec le néolibéralisme. Les auteurs sont deux chercheurs en économie sortant de l’ordinaire. D’abord, parce que, depuis au moins trente ans, ils analysent ensemble, avec une précision méticuleuse, les soubresauts de l’économie capitaliste mondiale dans sa phase néolibérale, et cela, ce qui fait toute leur originalité, en utilisant les concepts et la méthodologie de Marx.[1] Ensuite, parce qu’ils ne se contentent pas de produire des analyses très techniques de renommée internationale, notamment sur l’économie des États-Unis, ils ont à cœur d’en présenter l’essentiel destiné aux militants, aux citoyens engagés dans la lutte quotidienne contre les dégâts des politiques néolibérales. À ce double titre, leurs contributions dans les colloques « Marx international » et dans la revue Actuel Marx, ou encore dans le cadre d’Attac, sont toujours reçues avec beaucoup d’intérêt. (suite…)

Publicités

Un choix de cadres

Ce commentaire a été originellement publié sur le site de l’UGICT-CGT.

Cet ouvrage à quatre mains est le résultat du travail de deux économistes hétérodoxes chercheurs au CNRS.

 « A l’origine de ce livre se trouve la conviction que nos sociétés de vieux centres, Europe et Etats-Unis sont engagés depuis une trentaine d’années sur des voies de régression sociales ». Après avoir brossé un tableau du renouvellement des structures de classe avec la montée de nouvelles « classes » de cadres et l’évolution des notions de droite et de gauche, ils affirment que nos société sont confronté à une grande bifurcation : « Quelle nouvelle phase de l’histoire succédera au capitalisme néolibéral ? »

Pour les auteurs le choix se fera entre une domination nouvelle des classes supérieures ou la réouverture de voies de progrès social avec un nouveau compromis de classe à gauche entre les classes populaires et les cadres, c’est- dire  un dépassement graduel du capitalisme. (suite…)

Comment refonder une alliance de gauche ?

Ce commentaire a été originellement publié par Jean-Christophe Le Duigou sur le site de l’Humanité.

Ce livre, relativement court et très accessible, entend apporter une réponse à 
une question décisive : comment peut-on rouvrir un chemin pour le progrès social ?

Ce n’est pas sans malice que les auteurs, tous deux économistes hétérodoxes, développant une critique sociopolitique de nos sociétés développées en termes de « luttes des classes », empruntent à Marx et Engels la forme littéraire des « thèses », sorte de condensé philosophique où, en quelques points, un auteur résume sa démarche : le capitalisme n’est pas la fin de l’histoire ; le processus de « néolibéralisation » rencontre d’importants obstacles ; les cadres sont devenus une classe sociale à part entière… Derrière l’évolution aujourd’hui bien documentée des inégalités se cache, pour les auteurs, une structure de classes tripolaire, comprenant capitalistes, cadres et classes populaires. Ce champ a connu au cours du siècle dernier deux configurations. L’alliance sociale et surtout politique entre capitalistes et cadres, typique du néolibéralisme. Et celle entre classes populaires et cadres qui a été caractéristique de la longue période après la Seconde Guerre mondiale. (suite…)